L’Allemagne est connue pour ses dialectes. Pour ma part, j’ai atterri en Franconie (officiellement, en Bavière, mais n’allez pas dire ça à un « Franc » !!!), en Mittel-Franken plus précisément.

HISTOIRE

Les habitants de Franconie sont très fiers d’être des « Francs ». Ils disent qu’ils sont le seul peuple homogène de Bavière, qu’ils étaient là avant, contrairement aux Bavarois qui viennent des quatres coins de l’Allemagne, si ce n’est du monde. Ils sautent au plafond si on les traite de « bavarois ».

DIALECTES

Ici, il y a plusieurs dialectes : Pour un étranger (comprendre : tous ceux qui ne sont pas du coin), il n’y a que le Fränkisch. Mais pour les habitants, il y a : le Ober-Fränkisch, le Mittel-Fränkisch, le Unter-Fränkisch, le Ober-Pfalz et le Nürnbergerisch (à Nuremberg), ce à quoi il faut encore ajouter quelques dialectes spécifiques à une seule ville.

Petits exemples de « Mittel-Fränkisch » :

« a weng » [aving] = ein wenig = un peu (dénombrable)
« net » = nicht = pas de
a bisserle [bissele] = ein bisschen = un peu (indénombrable)
weggla [vegla] = brötchen = petit pain
hock’ma uns hie ? = setzen wir uns hier ? = on s’assied ici ?
die Heia = das Bett = le lit
packmas ? = packen wir das ? = on y va ?
zammn [tsammn] = zusammen = ensemble
Vesper [fespa] = repas léger du soir, généralement une tranche de pain et de la charcuterie
Des hammernet (des hammer net) [des hammanet] : das haben wir nicht : ça, on en a pas.
Haven [hafen] : grande tasse
Greinmeicherla [creïnmeïcherla] : (heulsuse en haut-allemand) : pleurnichard
Allmächd (allmächtiger Gott) [almèchd] : (dieu) Tout-puissant
Sabberlodd : saperlipopette
noch a mol / momend a mol (noch ein mal / moment mal) : encore une fois / attends voir/minute papillon!
jetz arbeit mol zou! [ iets erbaï mol zo ] (jetzt arbeit mal weiter) : bosse un peu, maintenant ! au boulot !

et pour le plaisir un petit exemple de Ober-pfälzig :
« dei ham… » = sie sind… = ils sont…

3 Réponses to “Fränkisch”

  1. adeline Says:

    à tes souhaits !

    • mario gagné Says:

      adeline,

      J’ai toujours pensé que le Fränkisch était une langue franque qui, de par sa situation dans l’aire méridionale haut-allemande, avait subi la seconde mutation consonantique. On fait toutefois la distinction francique-franconien et je ne m’y retrouve plus. Sauriez-vous éclairer ma lanterne?

      Le franconien est donc la langue de Francs descendus au sud et qui a subi la seconde mutation consonantique pour devenir un élément du haut-allemand, avec l’austro-bavarois et l’alémanique?

      mg

  2. inlug Says:

    Mario,
    Très sincèrement, je n’en ai aucune idée. Les recherches que je viens de faire me disent que le dialecte de notre région appartient à la famille du Ostfränkisch, donc des dialectes de l’est du royaume des Francs, ou bien à la famille du Nordbairisch, le bavarois du Nord. Géographiquement, les deux hypothèses sont parfaitement justifiée. Mais pour l’instant je n’ai pas de précision intéressante, et il me faudrait une vraie bibliothèque pour approfondir le sujet, Internet n’étant pas franchement ma source d’infos sérieuses préférée.
    Ceci dit, le Fränkisch au sens le plus large a imprégné de nombreux dialectes


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :