non ? ben c’est bien dommage pour vos zygomatiques.

Par chance, je connais les bonnes adresses qui connaissent les bonnes adresses etc etc et je suis tombée sur son site.

27b/6 et-ne-me-demandez-pas-ce-que-ca-veut-dire

j’aimerais beaucoup beaucoup vous copier un de ses chefs-d’oeuvre ici, mais j’ai bien peur que ca le mette un peu en colère, et c’est pas le genre de type avec qui je chercherai à m’engueuler.

Alors vraiment, si vous avez ne serait-ce que de vagues notions d’anglais et d’humour, allez lire !

agghgaaaaaagggaaa

30 novembre 09

iiiiiiiiléeeeeoùlekikiiiiii?

cékrokromeugnooooonnnnnn!!!

 

ouais, je gagatise complêtement, et j’assume.

pas vrai ? 😀

 

 

et la nouvelle campagne de t-mobile, « Live’s for sharing » et « Grenzen gab’s gestern » (les frontières appartiennent au passé)

 

Et les petits derniers de Improve erverywhere

Pour en savoir plus sur ces fous c’est par là

injures bavaroises

24 novembre 09

Avec le dernier post m’est venue l’envie de vous faire partager les merveilles de la langue bavaroise : ses jurons.

Scheisse (merde), Arschloch (trouduc), et autres Verdammt (mot à mot : maudit / sens : putain) sont connus de la plupart.

Mais connaissez vous :

Affenarschimplantat : implant d’anus de singe

Arschäologe : dérivation de archéologue et de Arch, le cul. Celui qui étudie le cul des autres, quand, en France, certains le lèchent.

Atomblonde Trampelsau : truie malpolie atomiquement blonde. Femme dont la « blonditude » détruit tout sur son passage, doublée d’une salope.

Blede Loass (deutsch : blöde Sau) : truie conne

Brumsumsel : une femme qui se vexe très vite

Bsuffige Bochratz (besoffene Bachratte) : ragondin îvre

Grapferlscheisser : bon à rien

(Source : Rindvieh)

 

Et vous, quels sont les jurons que vous connaissez ?

Championne

24 novembre 09

Ca faisait longtemps que j’avais pas fait de connerie, tiens.

Pas que ca manquait vraiment, hein. Je m’y serais volontier habituée…

Hier soir j’ai zappé qu’il me fallait de l’essence et je suis partie un peu tard du boulot. Comme MonsieurChéri attendait à la gare, je me dépèche, déboule à la station essence, l’appelle pour lui dire que j’arrive et fait le plein (15 litres, en fait)  en 4è vitesse.

La suite, me connaissant, vous l’imaginez…

En reposant le pistolet j’ai enfin vu mon erreur.

Ach du scheisse.
ach du verflixte Scheisse.
Himmelherrgottsacramentzefixkruzifihallelujaleckmiamarschscheissglumpverreckts!*

Benzin / Diesel, pas le même combat…

J’ai quand même eu la présence d’esprit de ne pas démarrer le moteur. Et j’ai appelé MonsieurChéri.

« Chériiiiii ? j’ai fait une connerie…. »

Heureusement, la gare est tout près de la station essence.

On aurait théoriquement pu mettre une huile spéciale puis faire le plein au diesel pour diluer l’essence, mais pas de bol, c’est un HDI donc ca marche pas. Mon beau-frère nous a sauvé de la panade en nous tractant jusqu’à la maison, et il va nettoyer mon bordel pour qu’on puisse dès demain reprendre la voiture.

Me suis rarement sentie aussi débile, même si je sais que ca arrive à plein de monde.

En punition, les transports en commun ce matin étaient tellement bondés et merdiques que j’ai mis 1h30 pour arriver au boulot (au lieu des 20 minutes habituelles).

 

*oui, ceci est (presque, car retranscrit de mémoire) un vrai juron bavarois.