Dirndl

26 octobre 08

Le Dirndl (dirndeul), c’est la robe traditionnelle des Bavaroises. Qui est déjà allé à l’Oktoberfest s’est sûrement déjà extasié devant ces robes finement ouvrées et délicieusement rétro. Certains emploieraient plutôt les adjectifs « ridicule », « paysan », « moche », que sais-je encore. C’est une question de culture et de goût, et comme on sait, ces deux-là ne se discutent pas.

Voilà à quoi ça ressemble :

C’est tellement traditionel et connu dans le monde entier, que même les stars américaines s’y essaient, avec plus ou moins de bonheur… (d’un autre coté, si les responsables de l’habillage ne sont pas fichu de trouver quelque chose à la bonne taille, c’est qu’ils sont simplement trop cons… et/ou que ça fait rentrer beaucoup de fric)

Il n’y a pas que les actrices américaines qui ont parfois des soucis avec leur dirndl. A ce bal dont je parlais justement, il y avait une fille qu’on a surnommée « Handy-dirndl », le Dirndl au téléphone portable. Ca a d’ailleurs été une révélation : je ne savais pas que ces robes avaient des poches. Quoi qu’il en soit, nous voici donc devant cette fille. Jeune, jolie etc, elle sort son portable de la poche de sa robe. Et la le mythe se casse. Il devait être bien caché, le portable, parce qu’en le sortant, elle a remonté toute sa robe, qui est restée froissée dans la même position toute la soirée. C’était très moche. Et le cycliste sous la robe, je veux bien qu’il fasse froid dehors, mais ça reste aussi très moche. Enfin, on s’est bien marrés.

Il y a aussi une chose importante à vérifier avant de mettre un dirndl : ais-je de la poitrine ? Non parce que la miss Handy-Dirndl, elle n’en avait pas. Ben ça rend pas bien. Comme dit Philipp, un Dirndl, faut le remplir…

Ok, c’est pas de sa faute si elle n’a pas de poitrine, ou pas encore. Mais c’est de sa faute si elle met un Dirndl sans se regarder dans la glace…

Bon j’arrête un peu d’être mauvaise langue.

Certaines femmes le portent tous les jours, mais généralement on le porte pour les fêtes et les grandes occasions.

Un dirndl coûte aux alentours de 100 euros. Bien sûr on en trouve à 2000 euros… mais je ne sais pas combien coûtent les bas de gamme.

Les bals en Bavière

26 octobre 08

Ca a foiré. Je le savais. Ca m’apprendra à faire un billet pendant que WordPress fait une mise à jour, et de leur faire confiance quand ils disent « faites tout comme d’habitude, mais ne revenez pas à la page précédente, votre billet mettra juste un peu plus de temps à paraitre…

ttttssss

Bon, je vous racontais donc notre soirée d’hier soir, ou plutôt, comment sont les bals en Allemagne. Je vais faire court parce que j’ai plus envie, mais en compensation je vous publie le billet que j’avais programmé.

C’était un bal dans le hameau juste à coté. En intérieur, avec un groupe qui jouait et mélangeait avec (plus ou moins de) bonheur les tubes bavarois et les tubes internationaux des années 70-80. Faut s’habituer, ou bien être bourré.

Il y avait donc beaucoup de bière, de la musique très fort, et des filles en Dirndl.

Pas facile au début, mais finalement c’était une agréable soirée, d’autant plus que ça nous permettait enfin de sortir rien que tous les deux, Philipp et moi. Donc doublement agréable.

Une belle journée

20 octobre 08

Pour une fois que je dis ça en semaine 🙂

Ca a commencé ce matin. Le chef, Bathyscaf était là. Déjà, c’est une bonne nouvelle, puisqu’il apporte un peu d’air frais et de dynamisme dans le groupe.
On a commencé par discuter des vacances. Bonnemine partant tout le mois, il restait à savoir si on partait tous en vacances, si on laissait une personne en permanence ou quoi ou qu’est-ce. Je vous passe les détails, l’autre collègue (va falloir qu’on lui trouve un surnom à lui aussi) reste dans le coin pour Noël, alors en cas d’urgence il pourra venir au bureau. Et Epitaf et lui auront constamment un portable de la boite pour rassurer les clients. Ce qui veut dire, en gros, que si tout se passe comme c’est parti, je vais non seulement pouvoir partir à Noël, mais en plus me faire des vacances du 22 décembre au 7 janvier. Ouais, c’est la grande classe. J’explique un peu :
les 26 et 31 décembre sont des demi-jours fériés. On est sensés travailler le matin seulement. Et le 6 janvier est férié complètement.
Du coup, avec mes 7 jours et demie cumulés jusqu’à décembre, ça colle. D’la baaaaaalllle 🙂

La discussion s’est transformée en réunion, et on a enfin aborder un thème important : la répartition des tâches. On a pas encore réparti, hein, faut dire aussi qu’il n’y a que Bonnemine qui connaisse exactement toutes les actions à faire. Mais on s’est mis d’accord pour que chacun de nous sache faire le travail de l’autre, à cause des vacances, mais qu’on aurait quand même chacun nos domaines. Ca parait évident et de bon sens comme ça, mais en fait non. Je veux dire, il a vraiment fallu qu’on en discute, qu’on apporte des arguments et tout… Enfin bref, au passage j’ai pu récupérer quelques (je trouve pas mes mots c’est très pénible, désolée pour les répétitions et le manque de style) taches. Des petits trucs, genre faire la liste de toutes les actions qu’on fait, depuis la réception d’une demande de prix jusqu’à la relance pour facture (en fait on me l’a pas demandé mais je l’ai fait quand même, ça m’éclatait), commander du matériel de bureau…

Ah pour ça il est agréable, Caraf 🙂 il me demandais des épingles spéciales pour un tableau en lièges, celle qui ont un petit drapeau sur lequel on peut écrire. Je l’ai vu chercher dans un catalogue, alors je lui ai demandé ce qu’il voulait… « je te le dirais bien si je le savais »… ah… alors il m’a fait un petit dessin, et par miracle j’ai compris tout de suite. Quand j’ai vu qu’il ne vendaient pas de tableau suffisamment grand pour l’utilisation qu’on veut en faire, j’ai proposé d’utiliser un vieux carton d’emballage, et de l’encadrer on aurait dit un gamin devant un cadeau de Noël. Il était tout émerveillé et tout content. Il répétait « merveilleux, fantastique », même quand je suis retournée à mon bureau. Bonnemine et moi ne prenons bien heureusement pas ça au sérieux, mais c’est quand même super agréable d’avoir un chef qui s’enthousiasme -ou fait semblant de s’enthousiasmer- de notre travail et nos idées.

Encore une bonne nouvelle : nous devons avoir un logiciel commercial en janvier. Ca sera Navision, parce que la maison mère utilise ça. Et ça ne sera vraisemblablement pas installé en janvier, ça serait trop beau, mais on espère pouvoir commencer à travailler dessus en février ou mars. La révolution !
En attendant, il va falloir qu’on apprenne tous les trois comment ça marche pour le moment avec Excel. On est pas du tout motivés, mais il faut bien qu’on puisse remplacer Bonnemine en décembre.

J’ai aussi eu mon entretien sur mon contrat d’embauche. J’ai quand même réussi à grapiller un peu d’argent. Je suis vachement fière, même si je n’y suis pas tellement pour beaucoup… j’ai juste dit que c’était trop peu, et il est allé voir sur internet, il y a un tableau indicatif des salaires de base dans notre branche, publié par un grand syndicat, ou je ne sais quoi (ça j’ai pas bien compris). On est pas du tout obligé de le suivre, mais ça donne une idée… et l’idée justement était bien plus haute que ce qu’il m’avait proposé. Au final, il me paye un peu moins, quand même, mais je gagne. Et vu que je suis d’autant plus motivée, je peux vous dire que ça va déménager dans cette boite !

Je vais mettre des mois et des mois à financer mon permis, mais maintenant au moins je peux !

Ah oui, et je ne suis plus « secrétaire bizarre », mais une vraie assistante commerciale. Quand on s’est mis d’accord là-dessus, Olaf m’a demandé « et moi, tu m’assisteras un peu aussi ? » Ce à quoi j’ai répondu avec entrain et sincérité : oui bien sûr !

L’aspérule odorante

18 octobre 08

Non, ce n’est pas une bestiole puante.

La « Gallium Odoratum » de son nom latin, appelée aussi « Waldmeister » ou Aspérule Odorante. C’est une jolie petite plante qui pousse dans les sous-bois humides. Je ne vais pas vous faire tout un cours de biologie parce que ça m’ennuie et que je n’y comprend pas le quart des mots employés. Les images valant plus que les discours, voici le Maître des bois :

Je voulais vous en parler, parce que c’est vachement bon. C’est bête, hein ! Ici, ils en font des sirops (notamment à Berlin, pour le mélanger à la bière et faire un « Berliner Weisser »), des glaces, des sodas, que sais-je encore. C’est vraiment la mode en ce moment.

Oui, ils en font aussi des bonbons. Qui ne sont pas super réussis, d’ailleurs.

Ca serait difficile de définir le goût de cette chose-là, notamment parce que c’est décliné en tellement de trucs chimiques qu’on ne sait jamais le goût « originel » des plantes.

13 octobre 08

J’ai eu mon contrat de travail aujourd’hui. Correct. Sauf le salaire : environ 1000€ net par mois. Ah il me l’a bien vendu, son poste, le premier chef, ça on peut le dire !

Enfin bref, négociations à venir.

Oui, je sais, c’est mieux que rien. Mais pas beaucoup. Et ça m’emmerde d’avoir obtenu 2 licences pour être payée au smic.